Simca 1100 Ti Ottomobile

Septembre 1967, à quelques jours du Salon de l’Auto, Simca présente un nouveau véhicule, la 1100. Véritable révolution, cette dernière restera comme le modèle le plus vendu de la marque à l’hirondelle. En 1973, la sportive Ti intègre la gamme. C’est cette dernière que propose aujourd’hui Ottomobile dans un superbe jaune Maya.

1100_04

En dehors des passionnés ou de ceux qui, enfants, ont voyagé sur la banquette arrière de la Simca 1100, qui se souvient encore de cette voiture ? Injustement boudée, elle fait partie de ces autos qui ont marqué à plus d’un titre l’histoire de l’automobile.

Simca1100_1
Simca 1100 GLS trois portes

Son histoire débute dans les années 60, alors que la marque Simca, désormais contrôlée par Chrysler, n’est pas au mieux de sa forme. Il lui manque un modèle s’intercalant entre la petite 1000 et les berlines 1300 – 1500 pour s’imposer durablement sur le marché. Peugeot a déjà sa 204, Renault sa R6 et Citroën prépare dans le plus grand secret sa future GS. Contre l’avis de l’actionnaire Chrysler, Georges Hereil, l’emblématique PDG de Simca, tente le tout pour le tout et lance l’étude de la future 1100. Pour cette voiture de conquête, rien n’est trop beau. La 1100 doit permettre à Simca de revenir sur le devant de la scène. Il faut repenser les techniques utilisées jusqu’alors et ne pas avoir peur de surprendre.

En 1967, Simca présente sa nouvelle 1100 composée de berlines et d’un break, les deux versions étant déclinées en 3 et 5 portes. Toutes ces voitures sont disponibles dans plusieurs finitions, la plus luxueuse étant la GLS. Esthétiquement parlant, si l’avant de la voiture rappelle fortement le duo Simca 1301 – 1501 avec une grille de calandre chromée encadrée par deux optiques rondes, il n’en est pas de même à l’arrière où la voiture accueille un hayon encore peu apprécié à l’époque. Au-delà de sa ligne, c’est toute la partie technique de la 1100 qui va lui permettre de faire la différence. Avec ses moteurs modernes, ses liaisons au sol dynamiques et la traction avant, cette nouvelle Simca est à la fois confortable et sûre. Mieux, elle dispose d’une tenue de route exceptionnelle qui ravit les premiers essayeurs.

Dans son passionnant numéro dédié à la Simca 1100, Auto Flash ne tarit pas d’éloges sur la nouvelle berline. Jean-Marie Jacquemin, journaliste essayeur du magazine est dithyrambique sur la 1100. Voici quelques extraits des premières pages : « Plaira ? Plaira pas ? Avec la 1100, Simca tente un nouveau pari. Le public marchera-t-il ? Très conventionnelle jusqu’alors avec ses 1301 et 1501, la filiale française du groupe Chrysler a changé son fusil d’épaule en créant une voiture d’un autre type. [ …] Premier contact […] La suspension avale les trous en souplesse. La caisse ne se penche pas trop dans les courbes prises à vive allure. La tenue de route ? Impeccable… et c’est la grosse surprise. Par tous les temps, sur les routes les plus mauvaises et aux vitesses les plus élevées, la 1100 tient le coup, résiste. Elle penche un peu, mais vire, collée à la route par ses excellents pneus ceinturés. Grâce à cette adhérence assez étonnante, les moyennes atteintes sont nettement supérieures à ce que pourrait laisser supposer la puissance du moteur. […] L’avantage de la 1100 est celui de toutes les voitures qui cumulent les fonctions de break et de berline. […] Nous conserverons le souvenir d’une petite compagne fidèle, amusante, qui ne nous a jamais laissé tomber, même dans les conditions les plus difficiles. Neige, verglas… rien ne l’arrêta. C’est au sprint qu’elle a parcouru les 1689 km de notre parcours » (Auto Flash n°7 – Bibliothèque Marabout).

AutoFlash
Auto Flash n°7

Pourtant, en dépit de ces innombrables qualités, le public n’adhère pas immédiatement à la ligne particulière de la 1100 et les ventes ne suivent pas. Il faut attendre 1970 et la commercialisation de la Spécial pour que les ventes décollent. Avec son moteur de 75 chevaux elle transforme la berline en petite sportive capable d’atteindre 160 km/h. En parallèle, le tableau de bord évolue fortement permettant à la voiture de monter en gamme. L’Auto Journal salue la nouveauté en précisant que « […] après une longue attente, les utilisateurs vont découvrir une nouvelle 1100 radicalement transformée. En effet, la 1100 Spécial est, en réalité, une voiture pleine de fougue et qui n’a de commun avec les modèles de grande série que l’apparence » (Numéro Spécial Salon 1970).

Simca1100-3
Simca 1100 Spécial

En septembre 1971, le hayon arrière est remodelé et perd sa cassure. Plus rien ne va pouvoir freiner l’ascension commerciale de la 1100 qui va devenir le plus grand succès de Simca et qui sera même la voiture la plus vendue en France !

En 1973, Simca présente celle qui est sans doute l’une des premières GTI de l’histoire, la 1100 Ti. Disponible en 3 et 5 portes, elle accueille sous son capot le moteur de la Bagheera. D’une cylindrée de 1294 cm3, il est alimenté par deux carburateurs et dispose de 82 chevaux. Extérieurement la 1100 Ti reprend le calandre spécifique de la Spécial équipée de deux phares longue portée. Elle y ajoute deux antibrouillards et un déflecteur. A l’arrière, le sommet du hayon est également coiffé d’un déflecteur. De profil, on remarque que la voiture est désormais équipée de quatre jantes en alliage Dunlop. A l’intérieur, le tableau de bord accueille six cadrans et les sièges sont équipés d’appuie-têtes. La voiture est unanimement saluée par la presse. A l’époque, pour trouver des modèles comparables, il faut aller du côté de l’Italie chez Alfa Roméo ou en Allemagne chez Audi. La Golf GTi ne sera commercialisée qu’en 1976.

Alors que le succès ne se dément pas, la 1100 accueille en 1974 son restyling de milieu de vie. La calandre perd ses chromes et les feux arrières grossissent fortement pour accueillir des feux de recul. Les poignées de porte sont désormais encastrées. A l’intérieur, la planche de bord est complètement nouvelle.

4232_001
Simca 1100 Ti 1976 – extrait du catalogue Simca

La 1100 évoluera ensuite progressivement jusqu’en juillet 1981 où elle cessera d’être fabriquée. En 14 ans de carrière, elle aura connu la gloire et vécu les vicissitudes de la marque Simca. Née Simca, elle deviendra Chrysler Simca 1100 puis mourra sous le nom de Talbot 1100.

Talbot1100
Talbot 1100 modèle 81 – La dernière brochure commerciale diffusée par le constructeur.

La 1100 a jeté les bases techniques des compactes modernes. Elle donnera naissance à la Simca / Talbot Horizon qui reprendra l’ensemble de sa technique. Plus près de nous, la Peugeot 309 qui a failli s’appeler Talbot Arizona, est la digne héritière de la 1100. Les premiers modèles de la 309 seront d’ailleurs motorisés par les blocs de la 1100 tout comme les premières 205 vendues en Espagne.

Les versions utilitaires de la 1100 dénommées Fourgonnette, VF1, VF2 et VF3, seront quant à elles produites jusqu’en 1984. Elles seront remplacées par le Citroën C 15. La Matra Rancho, présentée en 1977, est étroitement dérivée de la 1100 VF2.

Simca 1100 Ti jaune Maya, une première au 1/18ème

Faut-il encore présenter Ottomobile ? En quelques années d’existence, le fabricant s’est taillé une belle côte de popularité avec ses reproductions au 1/18ème. Après de belles Simca 1000 Rallye, Ottomobile a commercialisé une Simca 1100 Ti orange sanguine suivie d’une version bleue.

OT606 (9)

Voici aujourd’hui une version 3 portes dans le très beau jaune Maya des premiers catalogues Simca. Il s’agit d’une 1100 du millésime 75 présentant tous les éléments du restyling commercialisé en 1974.

Ti5

Bravo tout d’abord à Ottomobile pour le choix de la couleur, le jaune Maya va si bien à la 1100 ! Bravo ensuite pour la fidélité de la ligne. La carrosserie en résine est parfaite. On y retrouve tous les détails caractéristiques de la Ti à commencer par sa très belle calandre et le beau logo Ti apposé à l’avant et à l’arrière. Les jantes Dunlop sont également présentes dans leur couleur gris anthracite caractéristique. Sur le pare-brise, la vignette de l’année 1975 est apposée. A l’arrière, nous retrouvons les gros feux du millésime 74 ainsi que le déflecteur au sommet du hayon. La vitre arrière arbore en son milieu le logo Chrysler Simca dévoilé en 1970.

Ti1

A noter que, comme pour les versions orange et bleue, cette 1100 est équipée aux quatre roues des bavettes proposées à l’époque au rayon accessoires. Les dernières sont logotypées Chrysler Simca.

L’intérieur n’est pas en reste et nous retrouvons là aussi le tableau de bord typique apparu cette année-là. Ce dernier est parfaitement détaillé tout comme l’ensemble de l’habitacle.

HD10

Comme à l’accoutumée, la voiture est parfaitement protégée dans sa boîte en polystyrène.

Deux points négatifs en ce qui me concerne. Tout d’abord, et comme pour toutes les miniatures d’Ottomobile, la fragilité apparente des vitrages constitués d’une fine feuille de plastique. Ensuite, le châssis qui manque de finesse. Vu de face ou de derrière, il présente deux fortes protubérances au niveau des axes de roues.

Rien de dramatique néanmoins lorsque l’on fait le compte des très nombreuses qualités de cette miniature, bravo Ottomobile !

Ti3Ti2

Il ne reste plus maintenant qu’à produire une 1100 Spécial équipée des petits feux arrière pour compléter la collection !

Simca 1100 Ti Ottomobile
Unités produites – 999 – Ref.: OT597 – 59,90€
Disponible sur le site Ottomobile

Photos : Ottomobile


Dans ma bibliothèque…
51ZPR1KA6RL._SX396_BO1,204,203,200_En dehors de La Simca 1100 de mon père paru de Vincent Roussel et Marie-Claire Lauvray chez ETAI, rien n’a été publié sur la Simca 1100. Il existe néanmoins de très bons ouvrages sur la marque Simca qui accordent une place importante à la star de Poissy. Parmi ces derniers, je citerai Simca, de Fiat à Talbot de Jean-Michel Renou publié chez ETAI et Simca, l’aventure de l’hirondelle d’Adrien Cahuzac publié également chez ETAI.

Dans la presse…
Au-delà des traditionnels numéros de l’Action Automobile, de l’Auto Journal ou de l’Automobile, il faut citer Europe Auto et l’excellent Auto Flash cité dans cet article. Cet ouvrage se trouve facilement sur Internet. Plus près de nous Gazoline a dédié un hors-série à la 1100 (n°32).
Enfin, il ne faut pas oublier le magazine interne de Simca (Les Echos) et les nombreuses plaquettes commerciales diffusées par le constructeur avec une mention particulières pour les 1100 vendues aux USA.

Simca_USA
Simca 1204, version USA de la Simca 1100
SimcaUSA
Simca 1204, version USA de la Simca 1100

Sur mes étagères…

IMG_2129
Simca 1100 Dinky Toys

Outre les 1100 d’Ottomobile, Norev et Solido ont commercialisé la 1100 au 1/43ème. A noter que les Solido sont des reprises d’anciens moules déjà diffusés en kiosque. Ni l’une ni l’autre ne sont selon moi exceptionnelles.

Il ne faut pas oublier les Dinky Toys et les anciennes Solido, très belles !

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s