Une Miura couleur de l’océan Lamborghini Miura P400 S – GT Spirit | Kyosho 1/12ème

C’est en 1966, lors du Salon de l’Automobile de Genève, qu’est présentée la Lamborghini Miura. Avec sa silhouette sculpturale et son moteur V12 placé en position centrale arrière, cette voiture de sport fait alors l’effet d’une bombe. Le tandem GT Spirit / Kyosho vient de commercialiser cette Lamborghini à l’échelle 1/12ème. L’occasion pour lov4wheels de revenir sur l’histoire de cette automobile désormais mythique.

IMG_1469
Lamborghini Miura P400S – GT Spirit _ Photo lov4wheels

L’histoire de la Miura débute en 1965 avec la présentation du châssis P400 au Salon de l’Automobile de Turin. Ce châssis est par la suite habillé d’une carrosserie dessinée par Marcello Gandini, un jeune designer italien de 27 ans. Œuvrant pour le compte du bureau de style Bertone, il signe là l’un de ses plus beaux dessins.

Au-delà de sa ligne, basse, racée et toute en courbes, la Miura se démarque également par son architecture. Elle est en effet l’un des tous premiers modèles de série disposant d’un moteur en position centrale arrière. Il s’agit ici d’un V12 développant la puissance de 350 chevaux lui permettant d’atteindre la vitesse théorique de 280 km/h. Elle sera chronométrée par le magazine Sport Auto à la vitesse de 268 km/h en octobre 1967.

Présentée en 1969, la version S se distingue par une puissance de 270 chevaux, un châssis renforcé et des disques de freins ventilés. Extérieurement on reconnait cette nouvelle version à ses entourages de vitres chromées et ses vitres teintées.

Le célèbre pilote et journaliste José Rosinski essaye pour le magazine Sport Auto la Miura dans sa version S. L’objectif est « de fêter dignement la sortie du numéro 100 de Sport-Auto » en chronométrant une voiture de série à 300 km/h.  Voici quelques morceaux choisis de cet essai publié en mai 1970.

Miura
Lamborghini Miura S – Photo extraite du magazine Sport Auto n°100

« S ou pas, la Miura est toujours aussi belle. […] La visibilité est absolument parfaite vers l’avant, limitée vers l’arrière, nulle de trois-quarts arrière. […] Dès les premiers tours de roues sur la route, je retrouve les caractéristiques que j’avais noté lors de l’essai de 1967 : côté négatif, une pédale d’accélérateur beaucoup trop dure, un levier de vitesse doté d’une course trop longue et exigeant un effort vraiment excessif, un embrayage assez brutal, mais surtout un niveau sonore élevé. […] Mais tout ce qui constituait les exceptionnelles qualités et l’extraordinaire plaisir de conduite de la Miura se retrouve encore plus nettement sur la S ».

Miura_1
Lamborghini Miura S – Photo extraite du magazine Sport Auto n°100

C’est sur une autoroute italienne que le journaliste a tenté d’établir son record de vitesse. Avec un temps radieux, une température modérée et une circulation quasi nulle, tous les ingrédients semblent réunis pour la Miura atteigne le chiffre fatidique des 300 km/h. Malheureusement un fort vent traversier se met à souffler et « son effet sur la stabilité de la voiture était absolument nul jusqu’à 260 km/h mais au-delà, conserver la ligne au passage des ponts qui sont nombreux sur cette section devenait, je dois le dire, un exercice de style réclamant un certain doigté. […] C’est ainsi que, pour ma part, après avoir atteint 288,6 km/h dans un sens, à 7800 t./mn environ, et 273,8 km/h dans l’autre, à 7400 t./mn, je m’en suis tenu là par prudence, car la Miura S devenait pointue à tenir. Il est probable que ces chronos qui donnent une moyenne de 281,2 km/h peuvent être améliorés en conditions parfaites. Mais sans doute pas considérablement et certainement pas jusqu’à atteindre le chiffre magique de 300 km/h ».

Miura_3
Lamborghini Miura S – Photo extraite du magazine Sport Auto n°100
Miura_4
Lamborghini Miura S – Photo extraite du magazine Sport Auto n°100

En 1971, Lamborghini présente une version SV de la Miura dont le V12 développe désormais la puissance de 385 chevaux.

La Miura sera commercialisée jusqu’en 1972. Elle a été produite à 765 exemplaires et reste à ce jour l’une des plus belles automobiles au monde.

 Une véritable œuvre d’art au 1/12ème

C’est le modèle S de la Miura qui a été choisi par GT Spirit | Kyosho pour être reproduit au 1/12ème. Construite en résine, la voiture correspond à un modèle de l’année 1969. Elle de couleur bleu océan avec les bas de caisse de couleur gris. La silhouette de cette Miura au 1/12ème rend hommage au dessin de Marcello Gandini, elle est superbe.

img_1479
Lamborghini Miura P400S – GT Spirit _ Photo lov4wheels

Comme il en est de coutume avec les modèles reproduits par ce fabricant, la qualité de finition de cette Lamborghini est tout simplement exceptionnelle. La peinture est brillante, profonde et parfaitement appliquée.

img_1462.jpg
Lamborghini Miura P400S – GT Spirit _ Photo lov4wheels

De nombreux détails permettent d’accentuer le réalisme de cette reproduction à l’instar de la calandre, des grilles de phares, des fins essuie-glaces chromées, des grilles latérales, des poignées de portes, des persiennes situées au-dessus du moteur et de la grille d’aération située à l’arrière. Les moulures chromées autour des vitres latérales sont présentes, conformément aux attributs de cette finition S. Les persiennes laissent entrevoir le V12, bravo !

img_1496-1
Lamborghini Miura P400S – GT Spirit _ Photo lov4wheels

Les jantes sont également superbes et fidèles à celles de la Miura.

img_1453
Lamborghini Miura P400S – GT Spirit _ Photo lov4wheels

L’intérieur n’est pas en reste et le grand pare-brise courbe nous permet d’admirer la très belle finition de ce dernier. De couleur crème, cet habitacle se marie parfaitement avec la couleur de la carrosserie. Le design de la planche de bord est fidèle à celui du modèle à l’échelle Un et nous reconnaissons facilement tous les petits détails spécifiques de la Miura à commencer par le volant, les nombreux cadrans ou le levier de vitesse et sa grille métallique. Dans Sport Auto, José Rosinski parlait ainsi de l’intérieur de la Miura « J’aime toujours autant l’implantation et l’aspect du tableau de bord. Le clavier à touches fixé au-dessus du pare-brise rappelle lui, un cockpit d’avion, mais il faut être très familier de la voiture pour connaître la fonction de chacun des basculeurs, et encore… ». Le célèbre journaliste ne serait pas dépaysé avec cette miniature, les basculeurs répondent à l’appel au sommet du pare-brise !

Au final, cette Lamborghini Miura est une miniature magnifique. Les équipes de GT Spirit | Kyosho sont des passionnés et ils ont mis tout leur savoir-faire dans la réalisation de cette dernière. Les courbes de la carrosserie dessinée par Gandini sont ici magnifiées par cette superbe couleur et cette Miura devient, comme la vraie, une véritable œuvre d’art !


Lamborghini Miura P400S GT Spirit | Kyosho 1/12ème
Référence : GTS12501BL
Commercialisée depuis fin avril, édition limitée à 350 exemplaires

Merci à GT Spirit pour la mise à disposition de la Miura qui figure dans les photos de cet article.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s