Citroën 2CV France 3

La 2CV est probablement l’une des voitures les plus connues au monde. Entre 1949 et 1991, elle a été produite à plus de 5 millions d’exemplaires et a été de toutes les aventures. Même James Bond en a fait sa monture dans Rien que pour vos yeux en 1981 ! Véritable icône, la Deuche vient d’être reproduite dans sa version France 3 par Z-Models au 1/12ème, l’occasion pour moi de vous parler de cette série spéciale commercialisée en 1983.


La 2CV France 3 de Z-Models

Retrouvez dans la rubrique Voitures miniatures la présentation détaillée de la 2CV France 3 réalisée au 1/12ème par Z-Models.


Présentée en 1948, la Citroën 2CV est, avec la Renault 4CV, LA voiture de l’après-guerre pour des millions de français. Contrairement à la 4CV, la Deuche a connu une carrière extraordinairement longue puisque celle-ci s’achève en 1991. Pendant ces 43 années, la 2CV a évolué régulièrement pour se moderniser et rester dans la course.

Citroën 2CV 1949

Au début des années 80, alors qu’elle fait figure de dinosaure sur le marché automobile, la 2CV se vend encore à près de 100000 exemplaires chaque année. Pour dynamiser la gamme, Citroën décide alors de lancer de nombreuses séries spéciales qui permettent de mettre à nouveau la 2CV sous le feu des projecteurs.

La première de ces séries spéciales est la Spot lancée en 1977. Viennent ensuite l’ultra connue Charleston en 1980 puis la 007 en 1981.

Citroën 2CV Spot (photo Citroën)

En avril 1983, alors que l’actualité automobile tourne autour de la toute nouvelle Peugeot 205, de la Peugeot 505 Turbo, de la Renault 11 ou bien encore de la Fiat Uno, Citroën lance une nouvelle série spéciale de la 2CV dénommée France 3.

Dans la presse spécialisée, seul l’Action Automobile a mis en avant cette nouveauté dans son numéro 267 publié en mai 1983. Voici ce qu’il en dit : « La 2CV France 3 se distingue de la 2CV6 Spécial (602 cm3, 29ch, 115 km/h) par des adhésifs bleu océan sur peinture blanche et une capote blanche rayée de bleu. A l’intérieur, sièges séparés et banquette arrière revêtus de toile écrue à rayures bleues. Les 2000 exemplaires prévus sont proposés au prix de 28900 F ».

Citroën 2CV France 3 (photo Citroën)
Citroën 2CV France 3 (photo Citroën)

Citroën sponsorise cette année-là le voilier français France 3 qui participe à la Coupe de l’America. La 2CV éponyme accompagne cette opération. Pour chaque vente effectuée, Citroën reversait 500 F pour l’entretien du voilier… qui a d’ailleurs remporté la Coupe !

Les 2000 exemplaires prévus sont vendus rapidement et Citroën réédite l’opération l’année d’après avec 2000 exemplaires complémentaires.

Elle vous prie de monter à son bord, et le charme agit. Vous changez de personnalité en claquant la portière ; en trois secondes, bercé par le ressac de sa suspension, vous voilà à des milles et des milles de vos soucis habituels. Bref, ce n’est pas une voiture, c’est une croisière…

Le point de vue de Madame, essai 2CV 6 Charleston, l’Auto Journal – février 1984

Aucun magazine de l’époque n’a publié l’essai de la 2CV France 3. Pour partager avec vous les impressions de conduite ressenties à bord de la Deuche, voici ce qu’écrivait André Costa dans l’Auto Journal lors d’un essai de la 2CV6 Charleston – modèle semblable à la version France 3 – publié dans le numéro du 15 février 1984 : « Oublieuse des 65 km/h de son enfance, la 2CV a changé d’allure. Elle a toutefois conservé, de ses aptitudes juvéniles, une certaine timidité à l’égard des itinéraires les plus rapides et je me bornerai à constater que sa place n’est pas sur l’autoroute. […] En ville comme sur autoroute, la conduite n’est pas de tout repos ; elle impose un jeu judicieux de la boîte de vitesses. […] La direction est acceptable ; elle a, en tout cas, définitivement enterré celle des modèles antérieurs […] La suspension engendre quelques vibrations propres à faire sauter la roue de secours dans le coffre et à réveiller les rossignols. Ce concert, auquel vient s’ajouter celui du moteur, ne trompe pas le sonomètre qui indique la bagatelle de 85 db à 100 km/h. »

En 1988, la 2CV cesse d’être fabriquée en France. Elle est désormais assemblée dans l’usine de Mangualde au Portugal.

Le 27 juillet 1990, la dernière 2 CV (une Charleston) sort de l’usine portugaise de Mangualde. C’est une version Charleston de couleur gris cormoran – gris nocturne. Avec elle prend fin la carrière de la Deuche, 41 ans après sa mise en production. 5,1 millions d’exemplaires ont été fabriqués et la 2CV reste, encore aujourd’hui, l’une des voitures les plus aimées au monde avec la Coccinelle et la DS.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s