Renault 18 Turbo

Il y a quarante ans de cela, Renault décide d’aller contrer BMW en commercialisant la Renault 18 Turbo. Avec ses 110 chevaux et son look caractéristique, cette dernière fait la une de la presse spécialisée. OttOmobile vient de présenter sa R18 Turbo au 1/18ème (article à lire ICI), l’occasion pour lov4wheels de vous présenter l’histoire de la R18 !

En 1978, Renault présente sa nouvelle berline de milieu de gamme, la Renault 18. Appelée à remplacer la R12, la R18 doit plaire au plus grand nombre et reprend à son compte la recette de la R12 avec sa silhouette tricorps (malle apparente) et son essieu arrière rigide.

Renault 18 (photo Renault)

Un an plus tard, la gamme s’élargit avec l’arrivée d’une élégante version break et en 1980, de nouvelles motorisations et finitions permettent à la R18 de disposer d’une gamme complète.

En 1979, le break fait son apparition dans la gamme R18 (photo Renault)

Pour le millésime 81, la R18 bénéficie de l’arrivée d’une motorisation Diesel et surtout, de la nouvelle locomotive de la gamme : la R18 Turbo ! Avec son 4 cylindres turbocompressé de 110 chevaux, ses liaisons au sol adaptées, son habitacle revu et sa plastique aguicheuse, cette R18 apporte du piment dans la gamme !

Renault 18 Turbo (photo Renault)

Voici ce qu’en disait Jean-Pierre Malcher dans le numéro 239 de l’Action Automobile et Touristique publié en novembre 1980 dans lequel la 18 Turbo affrontait ses plus sérieuses rivales, l’Alfa Romeo Giulietta, l’Audi 80 GLE, la BMW 320 et la Lancia Beta 2000.

La R18 Turbo fait la Une de l’AAT en novembre 1980 ! (archives lov4wheels)

« Lorsque l’on prend le volant d’un modèle un peu spécial, on est curieux de voir tout de suite ce que donne le moteur. Aux commandes de la R18 Turbo, on est d’abord étonné par le silence au ralenti. On ne l’entend pratiquement pas ! Ensuite, on écrase l’accélérateur. Les accélérations sont franches, brillantes même. Cependant, il existe un temps de réponse assez nette entre le moment où l’on accélère à fond et le moment où le turbo vient réellement gaver le moteur, au moins 2 secondes. […] Le moteur n’est réellement vigoureux qu’entre 3500 et 4500 tr/mn. Entre 4500 et 5000 la puissance est encore importante, mais après 5000 le moteur semble s’asphyxier et il vaut mieux changer de vitesse. Cela étant, la R18 Turbo n’en frôle pas moins les 185 km/h avec des accélérations et des reprises très honorables. […] Mais la R18 Turbo n’est pas seulement un moteur. … Nous avons surtout été impressionnés par la tenue de route et le freinage. Cette voiture est aussi efficace que facile à conduire : elle est sur la route comme sur des rails. Même lorsque l’on roule très vite ».

La conclusion du comparatif est tout aussi positive pour la R18 Turbo qui « prend un avantage assez net au classement général. Elle doit ce résultat, non pas seulement au Turbo et aux performances qu’il autorise, mais plutôt à une grande homogénéité. Une bonne présentation, un équipement très complet, un confort très satisfaisant, une tenue de route étonnante, d’excellentes performances et un prix budget raisonnable sont, en effet, à mettre à son actif. Au passif, il faut retenir surtout une habitabilité modeste aux places arrière. On peut aussi remarquer que l’agrément de conduite souffre un peu de la suralimentation qui n’autorise pas un fonctionnement aussi souple que celui d’un bon 2 litres atmosphérique ».

En 1982, la Turbo évolue avec un nouveau pare choc avant et surtout, une puissance qui passe à 125 ch. Elle est désormais disponible en break.

Renault 18 Turbo break (photo Renault)

En parallèle, la gamme accueille une version 4×4 et une série spéciale dénommée American est commercialisée. Cette dernière s’inspire des versions US de la Renault 18.

Renault 18 USA (archives lov4wheels)

En 1984 apparait une version GTX équipée d’un moteur 2 litres et, une version Turbo Diesel. Cette même année, la R18 bénéficie d’un léger restylage et prend le nom de R18 Type 2.

Renault 18 Turbo Type 2 (photo Renault)
Renault 18 Turbo break Type 2 (photo Renault)

En 1986, après plus de 2 millions d’exemplaires produits, la carrière de la R18 s’achève avec l’arrivée de la Renault 21. Cette dernière prendra le relai de la R18 Turbo avec une R21 Turbo qui fera date (lire également l’article dédié sur lov4wheels) !


Pour aller plus loin

Spécialiste de l’histoire des Renault des années 70 et 80, Jean-Luc Armagnacq a publié chez ETAI un excellent ouvrage consacré à la R18 dans la collection De mon père. Ce livre est disponible sur la boutique ETAI (cliquer ICI pour y accéder).

Un commentaire Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s